Jamais depuis le retour de Steve Jobs, Apple ne s’était retrouvée au coeur d’une telle polémique. Alors que les problèmes de l'iPhone 4 commençaient à faire les gros titres de la presse américaine, Apple a fini par réagir en organisant une conférence de presse et en donnant sa vision des choses. Explications…

Au moins, on ne pourra pas dire qu'Apple ne fait pas preuve d'humour. Elle a commencé sa conférence de presse en diffusant Antenna Song, une parodie qui moque les problèmes de réception de l'iPhone 4.

Si vous ne voulez pas un iPhone, ne l'achetez pas ; si vous en avez acheté un et que vous ne l'aimez pas, rendez-le : c'est un peu ce qu'a dit Apple ce soir, en plus diplomate peut-être.

Deuxième bon point, la firme de Cupertino a fait une fois n'est pas coutume preuve d'humilité. Steve Jobs présent sur scène a déclaré : "Nous ne sommes pas parfaits, mais nous voulons rendre nos clients heureux".


Dans une explication qui a duré une quinzaine de minutes, Steve Jobs a fait le point sur la situation avant d'évoquer ce qu'il appelle l'Antennagate. Pour le patron d'Apple, l'iPhone 4 est un succès commercial. L'entreprise en a écoulé plus de trois millions en trois semaines.

C'est également un succès critique, il a rappellé les tests élogieux à son sujet de Wired, Engadget, PC World ou bien même de Consumer Reports, qui trouvait l'appareil splendide, sauf au niveau de la réception. D'autre part, d'après une étude, l'iPhone, et même de manière générale, est le smartphone qui a le taux de satisfaction client le plus élevé.

L'Antennagate expliqué par Steve Jobs
Dans cet exercice forcément difficile, Steve Jobs a voulu monter qu'il était de bonne foi. Il a expliqué avoir entendu parler de ce problème, il y a 22 jours très exactement, lors du lancement de l'iPhone 4. Jobs a assuré qu'Apple n'avait fait pas l'autruche, et avait travaillé sur le problème dès le début. "On s'est bougé le cul" a-t-il déclaré vulgairement.

Dans un premier temps, Steve Jobs a expliqué que l'Antennagate touchait tous les téléphones. Il a fait une démonstration avec plusieurs appareils concurrents. En tenant ces téléphones sur leur côté gauche, le signal chute, et ce, quel que soit le modèle.


Steve Jobs a également repris en grande partie les arguments de la lettre publiée il y a quelques jours, revenant sur l'algorithme de calcul de barre qui était faussé, lequel a été corrigé avec iOS 4.0.1. L'ancien algorithme donnait l'impression de perdre plus de signal qu'en réalité lorsque l'on faisait la fameuse manipulation.

Contrairement à ce que la presse américaine affirmait, Jobs a également cherché à convaincre que le test de l'iPhone 4 n'avait pas été bâclé. Apple a expliqué avoir utilisé 17 chambres anéchoïques, pour un investissement de 100 millions de dollars, pour tester le successeur du 3GS. 18 scientifiques ayant un doctorat et ingénieurs ont planché sur le sujet. Et pour eux, manifestement, il n'y avait pas de soucis.


Toujours afin de rassurer, le cofondateur d'Apple a détaillé quelques statistiques. Seul 0,55 % des clients iPhone 4 ont appelé Apple Care pour se plaindre de ce problème. D'après lui, le taux de retour selon les chiffres d'AT&T, n'est que de 1,7 %, contre 6 % pour le 3GS.


Toutefois, après enquête avec AT&T, Apple reconnait que le nombre d'appels coupé en cours de communication a légèrement augmenté avec l'iPhone 4. D'après leurs statistiques, l'iPhone 4 coupe environ un appel de plus que l'iPhone 3GS tous les 100 appels .

Pour expliquer ce petit écart, Steve Jobs a sa petite idée sur la question : 80 % des personnes qui ont fait l'acquisition d'un iPhone 3GS lui ont acheté une housse. Cette proportion est quatre fois moindre sur l'iPhone 4. Le design si classieux serait selon lui à l'origine de cette différence.

Lire la suite de l'article sur MacGeneration

Twitter

Contactez-nous

7, chemin Pressoir Chenaîe
Nantes, France

02 51 80 85 85
02 51 80 84 84